Vous êtes ici: Programme de sélection / Stations de fécondation pour la tolérance au Varroa
Deutsch
English
Français
Nederlands
mardi, novembre 20, 2018

Les stations de fécondation pour la tolérance au Varroa (qui sera noté par la suite tV)

L’AGT considère que les stations de fécondation tV sont un excellent moyen pour soumettre les mâles à une forte pression naturelle pour aboutir à une tolérance au Varroa. Avec le test de vitalité elles représentent le deuxième principal outil des sélectionneurs d’une abeille tolérante au Varroa.
 
En général les colonies paternelles d’une station de fécondation sont quasiment exemptes de Varroas suite aux traitements massifs des acariens.  Ceci est évidemment indispensable, car la multiplication des mâles est accompagnée d’une très forte augmentation de la population d’acariens. Mais cette façon de procéder cache les différences entre les colonies de mâles concernant leurs capacités de gérer l’infestation par les acariens.
 

Le mâle parasité

L’idée de la création de stations de fécondation tV est basée sur la connaissance scientifique que le succès d’accouplement de colonies de mâles dépend très fortement de leur taux d’infestation. Le parasitage d’un mâle par un seul Varroa pendant son développement larvaire a déjà une incidence considérable sur ses chances de s’accoupler avec une jeune reine :

  • Sa capacité de vol est diminuée
  • Sa capacité d’orientation est réduite
  • La quantité de sperme baisse considérablement
  • Son espérance de vie est fortement raccourcie

 
Par conséquent la compétitivité du mâle parasité est fortement réduite comparé à ses concurrents indemnes. Dans les stations de fécondation ce sont des milliers de mâles qui se battent pour des centaines de femelles !
 
Lors de la reproduction des abeilles domestiques les mâles sont soumis à une très forte sélection naturelle. Uniquement 0,1 % des mâles parviennent jusqu’à l’accouplement. La station de fécondation tV essaie d’utiliser la pression de sélection naturelle pour améliorer cette tolérance. Les colonies de mâles dans lesquelles la multiplication des acariens progresse très vite auront peu de chances de transmettre leurs gènes à la prochaine génération.
Par contre les colonies de mâles dans lesquelles la multiplication des acariens est ralentie tout en ayant une surface de couvain mâle identique disposeront de chances d’accouplement supérieures.
 

La gestion des colonies de mâles

Malgré une charge d’acariens plus importante une station de fécondation tV doit néanmoins disposer d’un nombre suffisant de mâles capables de féconder. La mauvaise qualité des mâles parasités sera compensée par un nombre plus important de colonies paternelles.
Le taux d’infestation des colonies est surveillé en permanence. Si le seuil de nocivité est dépassé, des mesures appropriées peuvent être engagées. Par exemple on peut découper la totalité du couvain operculé ce qui supprime 80 % des acariens.
Dès le début de l’élevage les colonies de mâles sont traitées de façon ciblée si elles dépassent les seuils de nocivité. Une fois par hiver les colonies trop infestées sont traitées avec l’acide lactique.
 
Les stations de fécondation tV sont plus contraignantes, ce qui fait que leur nombre restera certainement restreint. Néanmoins les expériences recueillies jusqu’à maintenant montrent que dans les stations de fécondation tV les reines sont toutefois fécondées de façon parfaitement valide en cas de présence d’un nombre suffisant de colonies de mâles.
 
 

Combien de colonies mâles ?

Concernant le nombre de colonies paternelles dont les descendants sont présents sur la station de fécondation tV, on procède actuellement de deux façons différentes. Dans les stations de fécondation « Norderney » et « An den drei Wassern » on met en place une seule souche génétique, tandis que dans les autres stations de fécondation tV plusieurs souches différentes sont mises à disposition.
Lors de l’exploitation des données de testage ceci implique que les accouplements de « Norderney » et de la station de fécondation « Hassberge »  peuvent pleinement être prises en compte pour l’évaluation génétique. Par contre, dans les autres stations où les géniteurs peuvent provenir de différentes souches, l’influence du mâle dans l’évaluation génétique sera considérée comme 100, c’est-à-dire égal à la moyenne de la population. Dans ces cas la valeur réelle  de l’accouplement se manifestera uniquement dans les générations suivantes et on verra à ce moment-là quels « excellents gènes se cachaient dans la ruche paternelle ».
 
Par contre si on choisit en tant que critère décisif la précision de sélection au lieu de l’indice de sélection, la deuxième voie avec présence de plusieurs souches sur la station de fécondation tV s’avère une meilleure solution. Une sélection naturelle très aigue se produira vu que les colonies de mâles se distingueront plus fortement sur le plan génétique. Des différences concernant la sensibilité au Varroa excluront complètement ou partiellement certains groupes de mâles de la transmission des gènes à la prochaine génération.
 
Les colonies paternelles qui sont mises en place dans les stations de fécondation tV disposent d’indices de sélection au-dessus de la moyenne (cotation A), notamment en ce qui concerne le critère tolérance (nombre de Varroa) et le critère « hygiène » (taux de nettoyage) et/ou ont montré des résultats particulièrement positifs dans les tests de vitalité.
 

Toleranzzucht Belegstellen

Diese Belegstellen werden als Toleranzbelegstellen betrieben:

Norderney

Toleranz Inselbelegstelle

Nordsee

Mali Drvenik

Toleranz Inselbelegstelle

Kroatien

Erbeskopf

Toleranz Landbelegstelle

Rheinland-Pfalz

Gehlberg

Toleranz Landbelegstelle

Thüringen

Haßberge

Toleranz Landbelegstelle

Bayern

Jasnitz

Toleranz Landbelegstelle

Bantin

Hundeluft

Toleranz Landbelegstelle

Sachsen-Anhalt